J’ai lu : Supermad, le premier tome de Campus Drivers de C. S. Quill

J’ai lu : Supermad, le premier tome de Campus Drivers de C. S. Quill

J’ai lu « Supermad », Campus drivers, tome 1 de C.S. Quill

J’ai lu – Roman, romance YA

Bonjour à tous, j’ai lu le tome 1 de Campus Drivers, voici ma chronique !

Résumé par Hugo Roman – New romance

L’année universitaire qui débute promet d’être radieuse pour Lane O’Neill. Campus Drivers, l’application qu’il a fondée avec ses meilleurs amis, cartonne. Le concept est simple : jouer les taxis pour étudiant, au volant de voitures de collection. Les filles en raffolent, et les quatre chauffeurs ont à coeur de ne jamais décevoir leur clientèle.
Lane n’a qu’un seul défaut aux yeux de la gent féminine : il ne s’attache pas. Jamais. Dès qu’il pousse la porte de chez lui, il aspire à ce qu’on lui fiche la paix.
Alors comment se retrouve t-il à héberger Lois Hogan, la fille que son voisin vient de larguer?

 

Ma chronique

 ⭐⭐⭐⭐💫 / 5

Déjà il m’a fallu pas mal de temps pour choisir la note que j’allais mettre à ce livre, je trouve que c’est toujours dur pour les livres New Romance parce que je compare ces livres à d’autres qui n’ont strictement rien à voir… Alors 3/5 ou 3,5 ou bien 4, je ne savais pas trop 🤔, mais ce sera bien un 4 ! Pour être tout à fait honnête, j’avais des énormes aprioris, je m’attendais à une histoire trop simple, une romande d’adolescents tirée par les cheveux ET j’ai été très mauvaise langue ; heureusement.

Ce premier tome introduit la bande de potes ayant créée une application mobile : cette application style Uber permet aux étudiantes (mais surtout aux étudiantEEEEs !) de réserver leurs services de taxi pour se déplacer autour du campus. Cette idée était brillante puisque manifestement le campus est immense, et les sorties/soirées étudiantes, elles, sont très nombreuses.

Lane est un des fondateurs de cette applications, et propose ses services de conducteurs. Il faut déjà noter que tous les membres de cette bande aiment beaucoup les voitures – ça m’a fait peur au début d’ailleurs car personnellement je ne suis pas hyper fan de mécanique. Mais pas d’inquiétude, le livre ne fait jamais l’objet d’une leçon en mécanique ou carrosserie !

Lois, de son côté, démarre sa première année. Elle est en couple depuis… presque toujours en fait, jusqu’à ce qu’elle se fasse larguer juste avant son premier jour à l’université. Elle se retrouve à la rue, et par la force des choses, elle va surtout dormir sur le canapé de Lane, un blasé des sentiments.

Le cadre est donc le suivant : un bourreau des cœurs et une fille extrêmement triste de s’être fait larguée se retrouve à cohabiter.

J’ai été séduite par cette histoire d’amitié, d’amour, écrite simplement mais qui m’a complètement happée. Les personnages sont super attachants, et on a aucune difficulté à se situer, à retenir qui est qui, qui est ami avec qui etc. L’histoire est très sympa, et assez légère. Elle amène une certaine profondeur chez les personnages, et leurs personnalités ne sont pas trop clichées.
J’ai hâte de découvrir les autres tomes pour voir si cela est aussi agréable que le premier. J’ai peur de m’être « trop » attachée aux deux personnages principaux et d’être déçue de ne pas les retrouver aussi souvent 🤔😅, mais je me laisserai quand même tenter… J’ai lu énormément de chroniques sur la suite, et jusqu’à maintenant, aucune n’était négative j’ai donc énormément d’espoir. De plus, cette fois-ci, je ne pars pas avec des aprioris !

 

Si vous l’avez lu, ou si ça vous dit bien, n’hésitez pas à commenter l’article ou à me retrouver sur Instagram !


À très vite pour d’autres chroniques…

Mathilde

 

J’ai lu : Le cœur en laisse de Line Papin

J’ai lu : Le cœur en laisse de Line Papin

J’ai lu « Le cœur en laisse » de Line Papin

J’ai lu – Roman, romance

Bonjour à tous, j’ai lu « Le cœur en laisse » de Line Papin, voici ma chronique !

Résumé des Editions Stocks

Maurice est un écrivain à succès. Mais voilà qu’à quarante ans, il ne ressent plus rien. Plus rien pour sa compagne Isabelle, plus rien pour ses livres. Alors qu’il tente de sauver une dernière fois son couple, soudain, elle apparaît. Elle, Ambroisie. Égérie du Tout-Paris, ancien mannequin à succès, d’une beauté saisissante, elle parle bien, elle sait tout. Ambroisie est un tremblement dans sa vie. L’auteur se retrouve alors entraîné dans des vernissages mondains, porte des chemises de créateur : il disparaît peu à peu dans l’étreinte de cette femme, à la fois sublime et inquiétante. Sous la lumière des réverbères parisiens, Maurice délaisse ses livres pour vivre sa romance qu’il ne saurait écrire.
À mesure que les verres de champagne se vident, que les sourires s’effacent et que les additions astronomiques s’accumulent, Maurice, Bel-Ami malgré lui, perd pied. Noyé dans ce faste, perdu dans ce Paris trop amoureux, il en a oublié l’écriture.
 
À travers cette histoire d’emprise et de fascination, Line Papin signe un roman obsédant et hanté par cette question : peut-on encore tomber amoureux et se perdre pour une femme qui n’est pas son genre ?

 

Ma chronique

 ⭐⭐⭐⭐💫 / 5

Un amour passionnel est-il possible avec quelqu’un de radicalement différent de soi ? Telle est la question à laquelle essaye de répondre ce roman.

Maurice est un auteur reconnu, mais son couple bat de l’aile et c’est alors qu’il croise… Ambroisie. Une femme hypnotique, magnifique, mystérieuse. Nous évoluons avec eux dans leur relation tout au long de l’histoire.

J’ai beaucoup aimé cette histoire d’amour, j’ai trouvé que c’était une romance différente de celle que l’on peut lire par ailleurs. L’autrice essaye de faire passer un message, je pense que ce roman est aussi une leçon, en un sens. Oui l’amour est beau, l’amour est fort, l’amour amène au bonheur et permet des choses extraordinaires, mais l’amour peut également vous changer, et ce changement n’est pas forcément positif

J’ai trouvé la lecture fluide, je découvrais cette autrice à travers ce roman que j’ai pu lire en avant-première sur ma liseuse grâce à NetGalley. Je pense retenter une lecture de l’autrice, d’ailleurs n’hésitez pas à me dire si vous avez un de ces ouvrages à me conseiller.

En bref, une lecture que j’ai appréciée ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu une romande qui n’était pas Young Adult ou New Roman (ou tous les autres styles qui sont omniprésents depuis quelques années), et ça m’a fait du bien !

 

Si vous l’avez lu, ou si ça vous dit bien, n’hésitez pas à commenter l’article ou à me retrouver sur Instagram !


À très vite pour d’autres chroniques…

Mathilde

 

J’ai lu : Sorcery of Thorns de Margaret Rogerson

J’ai lu : Sorcery of Thorns de Margaret Rogerson

J’ai lu « Sorcery of Thorns » de Margaret Rogerson

J’ai lu – Fantasy

Bonjour à tous, j’ai lu « Sorcery of Thorns » de Margaret Rogerson, voici ma chronique !

Résumé des Editions Bragelonne

Tous les sorciers sont maléfiques.

Elisabeth, élevée au milieu des dangereux grimoires magiques d’une des Grandes Bibliothèques d’Austermeer, le sait depuis son plus jeune âge. D’ailleurs, peu de temps après le passage à la bibliothèque du sorcier Nathaniel Thorn, un des ouvrages se transforme en monstre de cuir et d’encre, semant mort et destruction. Et c’est Elisabeth qui se retrouve accusée de l’avoir libéré. Forcée de comparaître devant la justice à la capitale, elle se retrouve prise au cœur d’une conspiration vieille de plusieurs siècles.
Bien malgré elle, elle n’a d’autre choix que de se tourner vers son ennemi Nathaniel, et son mystérieux serviteur, Silas.
Car ce ne sont pas seulement les Grandes Bibliothèques qui sont en danger, mais le monde entier… et face à ce terrible complot, Elisabeth va devoir remettre en question tout ce qu’elle croyait jusqu’ici, y compris sur elle-même.

Ma chronique

 ⭐⭐⭐⭐💫 / 5

Une histoire dont le sujet tourne autour de livres ; déjà l’histoire est incroyable !
Élisabeth est orpheline, elle a grandi au milieu des livres dans une des grandes bibliothèques abritant les grimoires les plus précieux d’Austermeer. Élisabeth est persuadée que la magie, les sorciers, les magisters sont dangereux, les démons, n’en parlons pas ! Mais alors, une mutinerie la forçant à sortir de sa bibliothèque va tout changer.
J’ai adoré cette histoire. J’avoue être même un peu déçue que ce soit un one-shot. Je n’attends pas une suite mais peut-être une histoire parallèle, dans le même univers, que j’ai trouvé particulièrement intéressant et détaillé. Le fait que l’histoire tourne autour de grimoires, de bibliothèques, de livres, m’a tellement plu que j’aimerai retrouver ce monde une autre fois !
J’ai mis 4 🌟 et non 5, car il y a eu un moment de l’histoire (entre 40% et 55%, merci ma liseuse…) ou j’ai trouvé que ça manquait un peu de rythme. Je me suis demandé si ce n’était pas dû au fait que je lisais assez lentement (lecture commune oblige !) mais je ne pense pas, d’autant que c’était ma première lecture commune donc j’étais si contente d’échanger que j’étais très investie dans ma lecture.

Mais peut-être est-ce justement car sur le reste du récit, on ne s’ennuie aucunement ! Ce livre nous amène d’aventure en aventure, tout ceci jamais loin d’un livre ou de la magie… Elisabeth et Thorns sont des personnages très intéressants, personnellement ils m’ont tout de suite plu autant l’un que l’autre ! J’avais envie de les suivre, et de voir où l’autrice allait nous amener.

Bref, j’ai adoré ma lecture, je retrouve la fantasy, un style que je n’avais pas lu depuis longtemps et je voulais me replonger dedans avec un livre one-shot pour éviter de partir directement dans une saga de 3 tomes ou plus encore. Autant vous dire que je suis relancée pour lire de la fantasy pendant encore longtemps !
Qu’attendez vous pour le découvrir ?

Si vous l’avez lu, ou si ça vous dit bien, n’hésitez pas à commenter l’article ou à me retrouver sur Instagram !


À très vite pour d’autres chroniques…

Mathilde

 

J’ai lu : Ne m’oublie pas d’Alix Garin

J’ai lu : Ne m’oublie pas d’Alix Garin

J’ai lu « Ne m’oublie pas » d’Alix Garin

J’ai lu – Roman graphique

Bonjour à tous, j’ai lu « Ne m’oublie pas » d’Alix Garin, voici ma chronique !

Résumé par Le Lombard

La grand-mère de Clémence souffre de la maladie d’Alzheimer. Face à son désespoir, elle prend la décision de l’enlever de la maison de retraite et de prendre la route en quête de l’hypothétique maison d’enfance de sa mamie.

Une fuite, une quête, un égarement, l’occasion de se retrouver ? À moins que ce ne soit plutôt des adieux…

Ma chronique

 ⭐⭐⭐⭐ / 5

Une bande dessinée bouleversante, qui transpire la vérité !

La grand-mère de Clémence a encore essayé de s’échapper de sa maison de retraite, elle est malade, perd souvent la tête et ne pense qu’à une chose : retourner dans la maison où elle a grandi.
Clémence, une jeune femme sensible, a toujours passé énormément de temps avec elle… Et puis pourquoi pas réaliser son vœu ?

Je n’en dirai pas plus, cette bande dessinée m’a touché profondément. J’ai perdu deux de mes grands-parents à cause de la maladie, et je pense que c’est aussi pour ça qu’elle a autant résonné en moi. J’ai trouvé les personnages extrêmement vrais, j’ai tout ressenti comme si leurs décisions étaient les miennes. En fait, la grand-mère de Clémence est très touchante, et comme nous vivons la chose un petit peu en tant que sa petite fille, cela rend l’histoire extrêmement émouvante.

L’histoire ne tourne pas uniquement autour de la maladie d’Alzheimer ou autour de la grand-mère de Clémence, nous découvrons également certains pans de sa personnalité, de son histoire, son enfance, qui donne encore plus d’épaisseur au personnage.

J’ai lu cet album extrêmement rapidement, même si je me suis efforcée d’y aller tranquillement pour profiter des dessins, des visuels, du rendu à fond. Alors après l’avoir terminé, je suis revenue dessus pour analyser les dessins, revenir à mes moments préférés de l’histoire, observer les couleurs… 

J’avais envie d’une bande dessinée, j’en ai lu très peu jusqu’à aujourd’hui, mais celle-ci ! C’était, je pense, la meilleure pour me donner envie de découvrir l’univers de la bande dessinée.
Et que dire de l’aspect de la BD ? C’est un objet livre, qui est juste splendide. Les pages sont d’une qualité incroyable, la reliure rigide également.
Pour finir, je dirais que j’ai adoré les dessins car les planches que j’ai trouvé les plus parlantes, les plus touchantes, ne comportaient même pas de dialogue

Si vous l’avez lu, ou si ça vous dit bien, n’hésitez pas à commenter l’article ou à me retrouver sur Instagram !

À très vite pour d’autres chroniques…

Mathilde

 

J’ai lu : Maman n’est pas une étoile de Camille Salomon

J’ai lu : Maman n’est pas une étoile de Camille Salomon

J’ai lu « Maman n’est pas une étoile » de Camille Salomon

J’ai lu – Roman jeunesse

Bonjour à tous, j’ai lu « Maman n’est pas une étoile » de Camille Salomon, voici ma chronique !

Résumé des Editions Scrineo

Cher journal, hier, j’ai vécu la pire journée de ma vie.

Moïra, treize ans, vient de perdre sa maman, décédée des suites d’un cancer. Comment continuer ? À quoi se raccrocher ? À son père ? À ses amis au collège ?

Et puis, une nuit, dans ses rêves… Smog apparaît. Un monstre ténébreux mais attachant, qui l’entraîne dans un
monde irréel : le Royaume des Sept Contrées…

Commence alors un long voyage initiatique pour Moïra, qui lui permettra de faire son deuil d’une façon inattendue.

Ma chronique

 ⭐⭐⭐⭐💫 / 5

 J’ai trouvé ce livre jeunesse très facile à lire, si léger en matière de lecture, je l’ai purement dévoré ! Mais pourtant, il traite d’un sujet particulièrement difficile : le deuil.

Le deuil d’une jeune fille, ou plutôt d’un enfant, qui a perdu sa maman. D’après les commentaires que j’ai reçus sur Instagram, je comprends que déjà ce sujet refroidit pas mal de lecteurs ! 

Dans cette histoire, nous vivons avec Moïra les différentes étapes du deuil, matérialisées par son imagination, par ses rêves et également par un monstre qu’elle a imaginé : Smog. Nous alternons donc entre rêves et réalité, entre Smog et ses voyages et les séances de Moïra chez sa psychologue.

Finalement, ce livre classifié « jeunesse » est tout à fait convenable pour un adulte car lu simplement, il liste clairement toutes les étapes par lesquelles il faut passer pour faire son deuil. Je trouve que faire le parallèle entre cela, et des rêves d’enfant est tout à fait génial ! C’est pour cela que le livre est léger.

Pour finir, je dirais que c’est un livre à lire en une fois. Je l’ai beaucoup apprécié, car je l’ai lu tout entier dans la même journée… Je pense que si j’avais cadencé ma lecture, le sujet aurait pu me gêner davantage.

C’est donc sans surprise que je vous conseille cette lecture, que j’ai trouvé extrêmement agréable, car elle arrive à traiter le sujet du deuil après la mort d’un pareil d’une façon tout à fait originale !

Si vous l’avez lu, ou si ça vous dit bien, n’hésitez pas à commenter l’article ou à me retrouver sur Instagram !


À très vite pour d’autres chroniques…

Mathilde